Démarche artistique

Quels défis, ensemble, pour qui ?

"Une séance portrait, un documentaire, ça se décide (même à la légère) :-)


( Si je vous ai proposé une séance photo  sans insister ;

..c'est par pudeur, respect, ou par manque de courage de ma part.
Merci de votre confiance et de me contacter ! )

Où ?

Dans l’œil de l'artiste, qui se déplace, où vous voulez.

Pourquoi photographier ?

Guérir, immortaliser, compenser, documenter, informer, montrer,

Quoi,

Portraits en situation, théâtre, danse, culture, poésie, musique, écriture

Devenir, étape, rétro, montrer le beau, pas le souligner

Reproduction d'arts; sculptures, peintures,

Documenter, célébrer,

Guider, suivre, accompagner,

Comment :

asdfsd jdhlksahf

Quel genres ?

lkjéldsf jkjflé

Quelle présentation :

Tailles de fichiers d'origine :
Taille native des fichiers avant recadrages :
42.4 Mio.pixels, soit (3:2) 7952 x 5304 pixels
A la référence de 300 dpi = impressions de  67cm x 47cm
(Tailles selon autres dpi ; convertisseur ici)

Fichiers composés :
Pixel-Shift = 4 expositions à micro-décalage = élimination de moiré, Plus de résolution et précisions des couleurs, à taille égale  (pour sujets inanimés p.ex. reproductions de tableaux).  Peut être multiplié avec de :
Panoramas (single-row):
Multi-Row: composites,
Brenzier : Une technique de recomposition pour accentuer ..





Combien ?

Aucun budget est trop bas pour commencer à discuter d’un mandat éventuel.

Il est souvent préférable de permettre d'expérimenter plusieurs approches photographiques.
Pourtant, le nombre de séances, la météo, la sollicitation de matériel et d'infrastructures onéreuses ne peuvent assurer tout même si le professionnel aura fait de son mieux.
D'autre part, c'est bien connu ; une photo, qu'elle soit banale ou décisive, elle sera "issue" d'une fraction de seconde..parfois comme détachée de toute causalité ou planification. Alors pour tout arranger, suffit-il de vénérer l'incontrôlable ?
Comment facturer la chance du journaliste, ou la "bonté" du mécanicien qui se passe de son équipement onéreux, tape subtilement d'un coup de marteau au bon moment au bon endroit et prévient ainsi des frais colossaux ? C'est un peu le paradoxe de certaines préventions dites réussies. Comment prouver que l'investissement fût extrêmement efficace, ou au contraire, inutile ? La probabilité de l'intuition correcte est-elle calculable à l'avance ?
Pour continuer aider ainsi au poisson à ne pas se noyer : La rémunération à la minute du photographe devrait, de temps en temps, être comparé au tarif de la minutes de notre salon de coiffure, ou à la minute du service de plombier dépanneur, puis y comparer aussi les paramètres de l'amortissement des l'investissements en matériel et infrastructure à entretenir - celui du photographe sont rarement plus élevés ailleurs. Et le temps du photographe investi à un mandat n'est pas celui de sa présence.. Le photographe qui vient pour une heure sur un mandat en dédie en faite au moins 3 heures hors vue du client. Honnêtement : cela peut en réalité varier du double à facilement 10 fois plus qu'il avouera.
Beaucoup de conditions externes, même les "échanges réciproques" subtiles, co-déterminent la réussite de mandats photographiques. Le prix n'est pas une garantie.

Dans mon approche photographique, la confiance réciproque est indispensable avec le mandataire. Je souhaite une compréhension mutuelle du casse-tête que la facturation peut représenter pour l'un autant que pour l'autre, où les comparaisons simples ne suffisent pas, il faut réciproquement vouloir s'adapter généreusement aux risques. Je prends les devants : Aucun budget est trop bas pour commencer à discuter d’un mandat.


..ébauche.










Projets :

Idées et autres ; > voir ici..

di 9ef58e6e AlainRupp